BAUCHAU, Antigone

                            Lecture analytique, Henri Bauchau

 

Introduction :

Les réécritures du mythe d’Antigone sont nombreuses et se rencontrent essentiellement au théâtre. Henri Bauchau innove donc en 1997 lorsqu’il en propose une version romanesque. Ce nouvel espace textuel lui permet de développer plus amplement l’histoire de la famille des Labdacides et d’insister sur les relations entre les différents protagonistes. Dans cet extrait c’est la relation d’Antigone et de sa sœur Ismène qui s’offre à nous.

 

Problématique :

Il s’agira de comprendre comment les transpositions et les amplifications renouvellent le personnage mythique d’Antigone et ses significations.

Plan :

I – Une transposition romanesque

II – Une amplification

I – Une transposition romanesque :

Le passage au roman permet à l’auteur de faire d’Antigone à la fois un personnage et une narratrice. Donc double transposition : changement de genre + changement de point de vue.

A – Antigone narratrice :

Bauchau recourt au point de vue interne :

-       nombreuses marques de la 1ère pers sing : « Je cours comme une folle » L 1 / « me suit » L2 / « pour moi » L 3 + déterminant possessif de la 1ère pers « mon ventre » L 8 ou pronom possessif de la 1 ère pers « la mienne ».

-       le personnage fait des commentaires sur elle-même : interventions du narrateur comme « je le sais » L 1.

-       Les verbes de perception comme « j’entends » L 5 ou « je vois la joie » L 16 confirment que les événements sont contés par ce personnage témoin.

Le lecteur peut ainsi accéder à l’intériorité du personnage d’Antigone grâce au monologue intérieur. Ceci peut faciliter son adhésion au personnage, ainsi que le processus d’identification. Le lecteur sera plus facilement acquis à la cause d’Antigone. Mais cela restreint aussi l’approche des faits à un seul point de vue subjectif.

 

B – Un personnage :

Par définition le personnage romanesque est un être de papier et le romancier, par le biais de l’illusion romanesque, tend à faire croire le lecteur à la réalité de son existence. Au théâtre, le personnage est avant tout un être de parole. Dans un roman il peut être davantage dans l’action.

Le personnage est caractérisé :

-       un nom : ici juste un prénom : Antigone ; prénom doté de toute une histoire mythique.

-       Elle éprouve des sentiments : colère, désir. Ex « de toutes les forces que la colère fait en moi bouillonner ».

-       Elle agit : poursuit une quête. Ici c’est symbolisé par le déplacement « Je cours ». Nombreux verbes d’action. Son élan, son enthousiasme est traduit aussi par la syntaxe : énumération L 8

-       Elle est en interaction avec d’autres personnages

Le roman permet à l’auteur de fournir plus de détails sur le personnage. Il en offre un portrait plus complet. Ici, par le recours au point de vue interne d’Antigone, il s’agit d’un autoportrait.

C – Un autoportrait :

Elle se présente comme un être déterminé :

-       importance du champ lexical de la volonté : « Je veux » L 1 / «  que j’ai décidé » L 10/ « que je désire ». On constate de nombreuses occurrences du verbe vouloir qui soulignent combien Antigone est un être de volonté au caractère tranché : je veux/ je ne veux pas. Les nombreuses occurrences du pronom JE témoignent aussi de cette volonté qui est par ailleurs symbolisée par sa course, son élan.

Elle est celle qui ose : « Tu as osé ! » L 18 

 

C’est une résistante : celle qui dit non : « Je dis non une fois pour toutes à Thèbes et à ses abominables lois » + L 39 « et dire non, totalement non à Créon ». A cela s’ajoutent des gestes symboliques : « J’ai déchiré l’édit, je l’ai brûlé »

On peut aussi noter chez elle une once de féminisme : «  à cause de mon sexe de femme » / « Nous les femmes, nous les sœurs » L 38. Les femmes se trouvent opposées au sexe masculin. Du côté de l’homme se trouve le pouvoir et le politique tandis que les femmes se tournent vers l’affectif, la famille et les liens entre les membres de la famille. Or le pouvoir est présenté sous un jour négatif : « Thèbes et ses abominables lois »/ « Créon nous a trompées » « Quelle infamie ». L’allitération en S dans le dernier paragraphe suggère cette sollicitude des femmes, cette sensibilité féminine.

Elle est donc fidèle à un certain nombre de mythèmes. Toutefois, force est de constater que Bauchau, outre la transposition, propose aussi avec cette version une amplification.

 

II - Une amplification :

Bauchau émaille son récit d’éléments nouveaux :

-       il invente de nouveaux personnages comme ZED, VASCO, DIRKOS et « la petite meute de Vasco » qui peuvent évoquer un univers plus moderne mais aussi le chœur.

-       Il ajoute des faits : faire croire qu’Antigone est en fuite pour Argos

Mais surtout il modifie considérablement le rapport entre les deux sœurs.

-       Antigone semble désormais l’aînée : passage où elle raconte qu’elle consolait sa sœur lorsqu’elle était petite

-       Elle apparaît aussi plus modérée qu’Ismène.

Il inverse en quelque sorte les rôles et les caractères.

Mais ce qui frappe surtout le lecteur c’est qu’il n’y a plus confrontation, opposition entre les sœurs mais au contraire un plein accord.

-       les prépositions « avec » ou « chez » signifient leur connivence : « avec Ismène » L 4  et 24/ « J’arrive chez Ismène » L 12 ?

-       la joie d’Ismène signifie son approbation L 16

-       elles sont à l’unisson ainsi que l’indique la comparative « sur son visage, une immense joie comme celle que je ressens aussi ». L’adverbe renchérit encore cette complicité. Le geste de l’embrassade symbolise, L 20, cette complicité.

-       Le pronom personnel 1ère pers pluriel prend signifie leur accord « Nous l’avons fait » L 22 « enterrer à nous deux Polynice » + L 30 « Créon nous a trompées ».

-       Elles éprouvent aussi une colère similaire : comparaison « Sa colère s’enflamme à la mienne » : idée d’une contagion.

Il semble ainsi que le personnage d’Antigone soit comme dupliqué. Ismène opère comme un miroir. Il faut noter toutefois que cette dernière est plus revancharde qu’Antigone qui refuse de crier vengeance. Dans les versions précédentes, la mesure était toujours du côté d’Ismène. Antigone semble incarner la raison, Ismène la passion : image des larmes et de l’écume de ses lèvres.

Cette complicité efface la solitude caractéristique du personnage tragique.

 

B – La dramatisation du récit :

Si Bauchau se livre à une transposition romanesque il vise cependant à dramatiser cette narration.

-       les verbes de mouvement + image de la course : « j’arrive chez Ismène » « elle ouvre »

-       termes évoquant les bruits et la vue : crier, trépigner « me suit en pleurant » « j’entends »

-       les paroles rapportées ; notamment au discours direct L 6 + dialogue entre les sœurs. Les propositions incises opèrent comme des didascalies.

-       un verbe comme bouillonner permet au lecteur de partager le ressenti de cette colère

-       narration au présent qui actualise les faits

-       la ponctuation expressive qui donne une impression de vie

-       le récit est mouvementé : agitation des personnages. Ceci est également suggéré par les injonctions aux gamins « Vite, courez » « veille à ce qu’ils aillent partout » : rupture avec l’unité de lieu du théâtre.

On est donc proche de l’hypotypose si souvent utilisée au théâtre.

 

 

Conclusion :

-       Une transposition romanesque qui permet d’explorer les potentialités du personnage tragique et surtout de traduire son intériorité.

-       Un personnage redoublé par l’amplification ce qui permet tout une série de nuances dans la résistance et l’expression de la révolte.

-       La fin de la solitude de ce personnage tragique

-       Antigone évoque la motivation du sang et réfute tout enjeu politique. Son acte n’est pas politique, c’est une question d’humanité, et de féminité. On peut parler d’humanisation du mythe.

-       Une transposition romanesque qui porte cependant les stigmates de ses origines dramatiques comme s’il s’agissait pour Bauchau d’explorer d’autres voies d’expression pour le tragique.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site